Texte de Gwilherm Perthuis

Antonin Artaud pourrait être qualifié d'auteur de la déchirure. Il témoigne d'une amitié et d'un intérêt pour trois artistes revendiquant leur pratique figurative de la peinture dans les années 1930 : Francis Tailleux, André Marchand et le nancéen Francis Gruber. L'auteur du Théâtre et son double croque les trois peintres qui furent marqués par la déchirure du nazisme : un dessin à l'encre sur un vieux morceau de papier jauni qui figure aujourd'hui dans l'importante rétrospective consacrée à Gruber.

Texte d'Andrea Guiducci C'est un thème ancestral celui de l'association de la nature avec la femme, autant comme mère que comme amante. Ce rapport a acquis des valeurs perversesdès les premières colonisations : la terre encore vierge devient une femmequ'on peut exploiter donc sujette aux violences de l'homme colonisateur. Mais ce n'est qu'avec le roman colonial, donc avec la réélaboration des événements, que cette variation du « topos » devient explicite.

par Gwilherm Perthuis

Le Musée du Louvre prolonge sa série d'expositions monographiques d'art graphiques composées essentiellement de pièces lui appartenant, en exposant jusqu'au 21 septembre prochain les dessins du siennois Domenico Beccafumi. Ces événements qui demeurent simples et convenus dans l'accrochage et dans la conception, puisqu'ils sont articulés autour d'un corpus prédéfinis, n'en sont pas moins importants pour reconsidérer le travail graphique d'un artiste important bien représenté au Cabinet des estampes du Louvre.

DERNIÈRES NOUVELLES DE LA BIENNALE INTERNATIONALE DE GRAVURE

Le 20 juin a eu lieu en Acqui Terme la Cérémonie de Remise de Prix de la IXème Édition de la Biennale Internationale de Gravure: l'événement a eu un public nombreux qui a confirmé le succès dèjà obtenu avec la participation de 590 œuvres qui arrivent de 51 Pays différents.

L'auteur et metteur en scène Lybano-Québécois Wajdi Mouawad, qui est l'artiste associé du 63e festival d'Avignon, a inauguré la saison estivale de théâtre avec une nuit consacrée à sa trilogie Littoral, Incendies et Forêts. Le théâtre minimaliste de Mouawad a investit la cour d'honneur du Palais des papes pendant plus de 11 heures pour parler de déracinement et d'abolition des frontières. Le spectacle a lieu jusqu'au 12 juillet 2009 (voir Le Monde , vendredi 10 juillet 2009)

Pour une critique de ces trois textes publiés chez Actes Sud, vous pouvez lire le texte d'Isabelle Patroix publié en juin dernier dans le numéro 1/2009 de la revue Hippocampe.

Un extrait du texte d'Isabelle Patroix publié dans Hippocampe 1/2009 :

"Ainsi les personnages de Littoral vont tout à coup se demander s'ils sont dans le salon ou dans la chambre funéraire. De la même manière, les personnages qu'invente Willem apparaissent sous ses yeux au moment où il les invente et se permettent de lui dicter ce qu'il doit écrire à leur propos. La mise en scène témoigne elle aussi de cette suggestion du monde".

Eric Pellet Livre des morts long métrage cinéma 2003

couleur et noir et blanc | son stéréo | sans dialogue | 1 heure 29 minutes |

format 1/33 | format d'origine : 16 mm | format master : beta numérique |

Eric Pellet -- Le Fresnoy -- 2003

@font-face { font-family: Cambria Math; } @font-face { font-family: Times; } @page Section1 {size: 612.0pt 792.0pt; margin: 70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin: 36.0pt; mso-footer-margin: 36.0pt; mso-paper-source: 0; } P.MsoNormal { FONT-SIZE: 12pt; MARGIN: 0cm 0cm 0pt; FONT-FAMILY: "Times New Roman","serif"; mso-style-unhide: no; mso-style-qformat: yes; mso-style-parent: ""; mso-pagination: widow-orphan; mso-fareast-font-family: "Times New Roman"; mso-fareast-language: FR } LI.MsoNormal { FONT-SIZE: 12pt; MARGIN: 0cm 0cm 0pt; FONT-FAMILY: "Times New Roman","serif"; mso-style-unhide: no; mso-style-qformat: yes; mso-style-parent: ""; mso-pagination: widow-orphan; mso-fareast-font-family: "Times New Roman"; mso-fareast-language: FR } DIV.MsoNormal { FONT-SIZE: 12pt; MARGIN: 0cm 0cm 0pt; FONT-FAMILY: "Times New Roman","serif"; mso-style-unhide: no; mso-style-qformat: yes; mso-style-parent: ""; mso-pagination: widow-orphan; mso-fareast-font-family: "Times New Roman"; mso-fareast-language: FR } .MsoPapDefault { MARGIN-BOTTOM: 10pt; LINE-HEIGHT: 115%; mso-style-type: export-only } DIV.Section1 { page: Section1 }Face B : Francis Gruber J'ai découvert la peinture de Gruber par hasard, en visitant le musée de Nancy. Je suis tombée en arrêt devant le portrait de sa femme, Georges, étendue sur une banquette verte. Je travaillais alors sur la figure de Simone de Beauvoir ; j'étais donc en quête d'une certaine esthétique existentialiste ou misérabiliste d'après-guerre et sensibilisée à l'image de la femme vieillissante et désespérée. En plus de cette concordance avec l'époque et le sujet qui me préoccupaient, je suis tombée amoureuse d'une manière de peindre, à la fois fluide et savante, instinctive et tragique.