Éditorial : Des parcours intellectuels

 

Dans un très bel article intitulé « Une carte amoureuse de Barcelone. Promenade littéraire[1] », la géographe spécialisée en géolittérature, Sophie Savary, propose une déambulation particulière dans la capitale de la Catalogne : une enquête de terrain pour tenter de révéler comment la littérature s’est parfois inscrite dans certains quartiers et en a influencé les manières de vivre, les comportements, les habitudes. Elle prend comme exemple marquant le cas du Barrio Chino : « un espace-temps inventé dans les années 1920 par une poignée d’écrivains (en particulier le Français Francis Carco, évocateur de la bohème artiste) qui se sont emparés d’ingrédients fournis par un quartier réel pour construire un quartier mythique, correspondant au stéréotype des lieux de romans policiers ou de romans noirs américains. » La fiction littéraire impose sa marque sur les relations sociales et détermine en particulier l’expérience amoureuse dans l’imaginaire collectif barcelonais.

Bien qu’extrêmement lacunaire, focalisée sur quelques enjeux précis, la cartographie catalane que nous établissons dans ce numéro d’Hippocampe rend compte de points de repères littéraires et de balises artistiques incontournables. Nous avons opté pour un parcours ponctué de figures catalanes importantes ou de portraits d’individus pour lesquels la Catalogne a joué un rôle déterminant. Ainsi, les thématiques rassemblées dans cette livraison sont très souvent incarnées : nos interrogations prennent corps dans des essais, des entretiens, des œuvres ou des documents centrés sur des parcours intellectuels.

La question de l’engagement permet de faire converger plusieurs contributions : de la position de George Orwell présentée par Roger Dadoun à celle Malcolm Lowry travaillée par David Collin et Jacques Roman, en passant par la figure encore peu connue de François Tosquelles, l’un des inventeurs de la psychothérapie institutionnelle. D’autres séquences de ce numéro s’attachent à présenter des aspects poétiques, comme le magnifique portrait littéraire consacré à Salvador Dalí par Josep Pla ou l’évocation de l’œuvre de Joan Brossa. Nous n’avons pas tenu à revenir sur les sujets soulevés par la grande exposition Paris-Barcelone organisée au Grand Palais en 2001[2], qui mettait l’accent sur la dynamique et la perméabilité entre les deux villes, préférant privilégier la convergence de paroles et d’écritures contemporaines comme celle de l’écrivain Mathias Enard installé depuis 10 ans à Barcelone, ou celle d’Enrique Vila-Matas dont nous publions un long extrait inédit du Journal volubile 2.

Chaque livraison est l’occasion, pour l’équipe éditoriale, de ré-envisager la place et la fonction de l’iconographie par rapport aux textes. Hippocampe se distingue dans le champ des publications périodiques par une quantité importante de textes et des articles relativement longs. Nous souhaitons que l’image ne demeure pas simplement un élément décoratif ou illustratif, mais qu’elle s’impose comme un instrument d’analyse et qu’elle contribue au contenu délivré par l’écriture. Les choix iconographiques opérés ne sont dons pas anodins et visent le plus possible à soutenir des idées, à marquer un positionnement. L’œuvre plastique de Jordi Colomer, dont il est question dans ce numéro, est transmis avec beaucoup plus de finesse dans un espace d’exposition ou un film que par le médium particulier de la revue. Il apparaît donc plus juste de privilégier les propos de l’artiste plutôt que de tenter d’illustrer maladroitement et de manière lacunaire son travail. Par contre, les œuvres graphiques sont particulièrement bien restituées par la forme de notre publication : nous donnerons ainsi une place plus importante aux reproductions de dessins ou d’estampes.

La tripartition de la revue (thématique, « En marge », notes de lecture) est renforcée pour donner davantage de place à des rubriques récurrentes qui constitueront progressivement les spécificités et l’identité d’Hippocampe. Les marges compteront désormais un entretien avec une personnalité radiophonique, un focus sur une bande dessinée, un portfolio graphique, puis une création pensée par l’artiste pour la revue. Ces différents éléments permettront de favoriser les frictions entre disciplines et d’activer des connexions entre plates-formes intellectuelles trop souvent isolées ou fermées. Les trois piliers disciplinaires (littérature, arts visuels, philosophie) pourront être ornés ou surmontés de propositions ouvertes relevant plus largement des sciences humaines ou sociales.

À la manière d’un Joan Miró qui tâtonne, qui expérimente, qui recherche, dans l’atelier du fondeur Clementi à Meudon[3], la revue se construit par imbrications successives entre des matériaux polymorphes, dont la fonte n’est toujours qu’une épreuve d’un état amené à être modifié dans de futures réalisations. (G.P.)

 

[1] Sophie Savary, « Une carte amoureuse de Barcelone. Promenade littéraire », La pensée de midi, 2006, n° 17), p. 24-39.

[2] Le catalogue de l’exposition édité par la Réunion des Musées Nationaux rassemble des essais passionnants sur les liens et échanges entre les capitales françaises et catalanes de 1888 à 1937, dans tous les domaines de la création (architecture, mobilier, beaux-arts, littérature...).

[3] Voir le très beau film Miró sculpteur de Clovis Prévost, avec la collaboration de Carlos Santos (38 minutes, couleurs, 1973). Le film est disponible sur le DVD Joan Miró. Films et interviews (1971–1974).

 

 

Sommaire complet

CATALOGNE

Florent Danne / Entretien (illustré de photographies de Raoul Hausmann)

Héloïse Conésa / Relations textes/images dans les catalogues de Joan Fontcuberta

Patrick Faugeras et Michel Minard / La psychiatrie est-elle d'essence catalane ? (François Tosquelles)

Roger Dadoun / Place de la Catalogne - Georges Orwell

David Collin et Jacques Roman / Un fantôme dans Barcelone ? (Malcolm Lowry)

Jordi Colomer / Entretien

Francesc Serés / Le Grand espoir blanc

André Gabastou / Le Vorace et le Fugueur (Josep Pla et Enrique Vila-Matas)

Enrique Vila-Matas / Journal volubile 2 (2009-2011)

Josep Pla / Salvador Dali : la découverte du paysage empourdanais

Joan Brossa et Antoni Tapiès / Oeuvres visuelles

Joan Brossa / Sextine à Joan Miro

Joan Brossa / Grand vacarme

André Gabastou / Etat de la poésie en Catalogne

Frédéric Khodja / A propos d'Alphonse Laurencis

 

EN MARGE

L'Art de voler d'Antonio Altarriba (bande dessinée)

Karine Hoffman / portfolio graphique

Patrick Faugeras / Nannetti Oreste Fernando

Jean-Claude Hauc / Georges Bataille : les nues et les morts

Isabelle Giovacchini et Arnaud Dejeammes / Phénomène (création)

Arno Camenisch / Derrière la gare

Camille Luscher / Arno Camenisch : une écriture à la croisée des langues

 

NOTES de LECTURE

Javier Calvo, Nathalie Coural, Roger Francillon, Caspar David Friedrich, Ilse Garnier, Jean Clair, Muriel Pic, Karine Tissot, Michel Makarius, Éric Marty, Bernard Tillier, André du Bouchet, Cees Nooteboom, Lautréamont, Dorothée Deyries-Henry, Jacques Chessex/Gustave Roud / Jean-Christophe Bailly, Walter Benjamin.

 

Acheter la revue
Acheter la version numérique