Éditorial : "Signatures de toutes choses que je suis venu lire ici"

 

"Un oeil cacodylate rose vif dans ma vie de suralimentation suisse." Tiré d’un poème  édité en 1918, cette phrase de Francis Picabia est la première mention du terme cacodylate, sel aux propriéLtés thérapeutiques utilisé en dermatologie. Le zona ophtalmique par lequel il fut touché en 1921, l’a conduit à s’intéresser à cet oeil malade, gonflé, parasité, qui est l’objet de la celèbre peinture conservée au Musée national d’art moderne, constituée quasiment exclusivement de signatures d’artistes proches des groupes surréalistes et Dada. Picabia déplace radicalement les liens classiques entre l’artiste et son oeuvre, caractérisées en règle générale par une signature unique et identifiable, en détruisant le monopole de l’acte autographe et en l’abandonnant à d’autres artistes. Les signatures et les dédicaces sont les motifs de L’oeil cacodylate, des matériaux formels placés de manière aléatoire sur la toile, mais dont Picabia reste le maître d’oeuvre et qu’il signe d’ailleurs lui-même de façon particulière en bas à gauche. En choisissant les artistes, en faisant passer la toile de mains en mains, l’artiste demeure garant de son authenticité et s’impose finalement comme son seul auteur. Cette peinture remarquable dans l’histoire de l’art du XXe siècle pose un cas limite sur la question complexe de la signature : sur la relation entre le signifiant et le signifié, au sujet de la trop grande valorisation (parfois absurde) du nom attaché à une oeuvre, à propos de l’autographe qui devient oeuvre ou de la facture de l’oeuvre qui fait signature…

Traversée par la psychanalyse, la littérature, les arts visuels, la philosophie ou le cinéma, cette livraison est dotée d’instruments méthodologiques et disciplinaires suffisamment différenciés pour permettre de transmettre quelques enjeux posés par la signature. L’avant-propos de Béatrice Fraenkel, dont les études sur la question sont fondamentales, permet de relever des problématiques importantes et propose des axes théoriques de réflexion. Les contributions rassemblées visent à se pencher d’une part sur la signature en tant que signe matérialisé impliquant un acte performatif corporel, puis, par ailleurs, sur la signature comme revendication d’une oeuvre ou d’une production, laissant ainsi libre cours à la pseudonymie et au travestissement, tout comme à la recherche du Moi. Nous rassemblons plusieurs textes de fiction inédits (Vila-Matas, Bégout, Brisson…) et des essais ou entretiens (Todorov, Jourdheuil, Aubert, Frodon…). Ces directions sont enrichies par un dossier relatif à l’oeuvre du libertin et aventurier vénitien Giacomo Casanova pour qui le nom et la signature soulèvent également de nombreuses questions. (G.P.)

 

Sommaire complet

 

SIGNATURE

Béatrice Fraenkel / avant-propos

Gwilherm Perthuis / Le vrai et le faux

Jean-Yves Gay / Dosso Dossi

Bruce Bégout / Nouvelle inédite

Jacques Aubert / Joyce et Lacan (entretien)

Fanny Schulmann / Dan Azoulay

Hélios Azoulay / Signer un scandale

Kris Martin / Bertrand Lavier

Jean-François Desserre, Laurent Sfar, Nicolas Aiello (créations)

Enrique Vila-Matas / Voyager autour (texte inédit)

André Gabastou  / Borges, Pessoa,Vila-Matas

David Collin / Cravan, Traven, Bolano

Denis Savary, Dominique Radrizzani et Sylvie Wührmann / Corot (entretien)

Didier Grandsart / Antonin Artaud

Jean-Michel Frodon / Les mains de Robert Bresson

Jacques Sicard / Bresson

Jean Jourdheuil / Heiner Müller

Tzvetan Todorov / La signature humaine (entretien)

Odile Nguyen / De la communication à la signature (Derrida)

Jacques Roman / Texte inédit

 

CASANOVA

Jean-Claude Hauc  et Emmanuel Latreille / Casanova forever

Gérard Lahouati / Cacophonies (Casanova dénaturé ?)

Frédérique Loutz / Portfolio

Nicolas Eugène Le Cotais / Jacques Casanova de Seingalt

Guido Massino / Séduction et littérature

Jean-Luc Brisson / Précis de ma vie

Alexis Denuy / Le vénitien

 

NOTES de LECTURE

Joan Brossa, Luigi Guarnieri, Alessandro Mercuri, Mireille Huchon, Jean-Claude Hauc

 

L'édition papier de ce numéro est épuisée
Acheter la version numérique