par Jean-Guy Coulange

 

Extrait d'une micro fiction de Jean-Guy Coulange, à paraître le 20 septembre dans le n° 15 de la revue Hippocampe (automne 2018), qui prolonge sa pièce radiophonique Groix, une île en hiver, à écouter sur son site, puis le vendredi 14 septembre à 22 h dans l'émission Par Ouïe dire sur La Première/RTBF.

Sa mini fiction radiophonique Histoire de cailloux, liée à Groix, sera créée deux jours plus tôt sur la même chaîne, le mercredi 12 septembre à 22 h.

 

 

 

Je branche le micro, ne cherche pas le renseignement, l’information. Je demande juste aux gens de faire voix – de me porter parole ? de me traduire ? Je leur demande peut-être d’être moi. De me questionner en répondant à mes questions – me tendre un miroir ? me montrer le chemin ? m’aider ? Dans ma situation aujourd’hui sur cette île, cette idée se développe, se fixe davantage, comme une photographie. 

Le peintre Patrick Le Corf me prête un livre de Michel Collot, La Pensée-paysage (Actes Sud), où il cite Paul Claudel « Tout ce que je sais du monde, je le sais à partir d’une vue mienne ».

Hier j’ai trainé mes pensées-paysage sur les chemins entre Loqueltas et Quéhello. Je me suis forcé car les pensées noires m’assaillaient ; je ne sais plus lesquelles tant c’était de leur part un assaut collectif en règle. De cette journée de bruine, je retiens l’idée qui fait son chemin (donc !) de composer quelques « Mots-son » pour mon Groix sonore. Je les appelle mes cailloux, vocaux cette fois, pour faire bataille (poursuivons la métaphore guerrière) à ceux qui squattent ma vésicule biliaire. Comme des gestes vocaux, ils accompagneront mon récit.

Anne, la libraire, me donne une clé : « Ici, quand on a un coup de mou, on va à Pen Men, on prend le vent, ça régénère ». Être dans le vent et non pas devant le vent, autre pensée-paysage.

A Pen Men, il revoit les soirées entre amis dans la petite maison du phare. Aujourd’hui, il n’y a plus de gardiens. Il enregistre sans raison, pour aucun récit, rien, comme le temps brut, la suspension de ce temps, sans motif, le rien de ceux qui ne sont plus. Tout lui revient. Dos au phare, face au soleil, il n’a plus peur. Il suono è una cosa mentale.

 

 

GROIX, une île en hiver, création radiophonique, Radio Télévision Suisse/Espace 2,
émission Le Labo, production David Collin (mai 2018)

Pour écouter la pièce, suivre le lien sur le site de Jean-Guy Coulange : www.jgcoulange.com

 

Jean-Guy Coulange est compositeur sonore. Il a collaboré notamment avec le GRM, France Culture, la RTBF et la RTS. à partir des matériaux du réel, son travail sonore prolongé par l’écriture et la photographie tente de défricher des espaces intermédiaires entre l’art radiophonique et la création électroacoustique. Il est l’auteur de Je descends la rue de Siam, carnets sonores et photographiques (Hippocampe éditions, 2016), puis de La Traversée (du paysage), sonore, écriture, photographie (Hippocampe éditions, 2018).